Gérardmer et Xonrupt au fil du temps

La tradition populaire attribue la fondation de la ville de Gérardmer à Gérard de Châtenois, dit Gérard d'Alsace duc de Lorraine de 1048 à 1070. Il aurait établi sur les bords de la Jamagne une tour (relais de chasse ou tour de défense ?) vers 1056, d'où le nom de Gérardmer (de meix,"champ"en langue d'oïl et de Gérard : le jardin de Gérard).

Le lac de Gérardmer par Justin Ouvrié vers 1836
Gérardmer d'après un daguerréotype de Jean-Baptiste Saulcy en 1852

L'évolution de Gérardmer...

Lorsque Gérardmer fut érigée en paroisse, en 1540, le village compte 23 foyers, soit environ 150 personnes. Le village se concentrait alors autour de l'actuel quartier de l'église et se composait de nombreux"écarts"(ou hameaux des hauteurs) qui constituent encore aujourd'hui l'une des particularités de la ville des Hautes-Vosges.

La place Albert Ferry vers 1890. Au premier plan : la fontaine-abreuvoir érigée en 1841. Cette place accueillit longtemps le marché de Gérardmer.
De la place Albert Ferry, on rejoint les quartiers de la mairie et de l'église. Au début du 20ème siècle, cette portion de la Grande Rue (l'actuelle rue Charles de Gaulle) était commerçante et animée.
La rue de la Gare (actuelle rue François Mitterrand) reliait la gare à la place Albert Ferry et au centre-ville. Dès les années 1878 et l'arrivée des 1ers trains, cet axe occupa une place importante, abritant de nombreux commerces et services.
Le parvis de l'église dans l'Entre-Deux-Guerres. Cette partie de Gérardmer, la plus ancienne, n'a pas été frappée par le plan d'alignement de 1832 et conservait des maisons éparses entourées de leurs"aisances".
Les visiteurs arrivant par le train sont de plus en plus nombreux : 5 000 en 1884, 40 000 en 1904. Et l'affluence des voyageurs était telle qu'une quinzaine de personnes travaillaient pour la Compagnie des Chemins de Fer de l'Est à la gare de Gérardmer. Dès 1910 avec l'essor naissant des sports d'hiver, la gare devenait un lieu très animé.

...et Xonrupt-Longemer devient commune

En date du 22 octobre 1919, la commune de Xonrupt est créée. La population est alors de 809 habitants.

La ville tient son nom du patois"hhon"ou"chon", la planche de bois, et"ru"le ruisseau, soit le"pont de bois sur le ruisseau". Le nom de son lac, Longemer (prononcez"mère"et non"mé"comme Gérardmer), signifie la"Longue mer"tandis que Retournemer (prononcez toujours"mère") fut longtemps, avant l'ouverture des routes ,"le lac d'où l'on revient sur ses pas", faute de pouvoir franchir les montagnes...

Aujourd'hui, Xonrupt-Longemer compte plus de 1 500 habitants. Essentiellement agricole avant 1950, la commune affiche depuis une forte vocation touristique, offrant aux visiteurs un patrimoine naturel exceptionnel au pied même du massif des Vosges.

La route reliant Xonrupt à la Schlucht a été ouverte en 1860. On la doit au Spinalien Charles-Henry Hogard qui possédait une villa au bord du lac de Gérardmer. La route fut créée d'après les tracés des frères Hartmann sous l'impulsion de Napoléon III, l'impératrice devant séjourner à l'Altenberg, hôtel thermal alors très en vogue, sur le versant alsacien.

Une longue histoire touristique

Gérardmer connut très tôt un engouement"touristique". Dès le 17ème siècle, les ducs de Lorraine et les chanoinesses de Remiremont viennent s'y reposer.

C'est cependant au 19ème siècle que les rives du lac commencent à s'aménager avec les hôtels et les villas, propriétés de riches industriels et de notables belges, nancéiens et parisiens.

Le premier Office de Tourisme de France a d'ailleurs été"inventé"par les Gérômois en juillet 1875. Il se nommait alors"le Comité des Promenades".

En 1925, à l'occasion du cinquantenaire du Comité des Promenades (devenu Syndicat d'Initiative en 1919), un pavillon d'accueil est construit en face de la gare. Il fut rasé en 1962.
L'ancien relais de poste devenu hôtel de la Poste puis Grand Hôtel, donne en 1860 l'élan au développement de l'hôtellerie de luxe gérômoise. Il accueillait des hôtes prestigieux dont la liste était publiée dans"Gérardmer-Saison", petite gazette éditée par le Comité des Promenades.
A la Belle Epoque, barques et périssoires étaient louées aux promeneurs désireux de s'offrir une balade sur le lac.
Le quai du lac fut aménagé dès 1862. Aux beaux jours, la promenade attirait la foule. Belles dames, messieurs et militaires se croisaient devant les embarcadères.
Créée en 1885, l'Union Nautique a longtemps eu le monopole des bains dans le lac. Elle se composait d'un bâtiment pour entreposer les embarcations, de cabines pour les bains payants et d'un ponton d'embarquement.
Au début du 20ème siècle, outre le train, on comptait 2 lignes de tramway. La 1ère a été inaugurée en juillet 1897 et reliait Gérardmer à Retournemer. En 1904, la ligne est prolongée avec le tronçon Retournemer - La Schlucht - Le Hohneck. Ce circuit était très prisé des touristes. Ainsi de juin à septembre 1908, ce tramway a transporté 124 490 personnes ! Un 2nd tramway voit le jour en 1899 et assurait la liaison Gérardmer - Remiremont.
Le terminus du tram au Hohneck.
Le col de la Schlucht, frontière entre l'Allemagne et la France avant 1918, était un lieu apprécié par les touristes en villégiature dans la Vallée des Lacs.

Pour en savoir plus sur l'histoire de Gérardmer

  • "Gérardmer, 125 ans de tourisme": coffret comportant un CD-Rom, un livret et des gravures. Edition de l'Office de Tourisme - Octobre 2000.
  • "Cent ans de tourisme dans la Vallée des Lacs", édition SAEP - 1975.
  • "Gérardmer, la Vallée des Lacs": petit livre complet abordant divers aspects de l'histoire de Gérardmer. Guy VOIRIN, édition SAEP - 1972.
  • "Si Gérardmer était conté aux Gérômois": pour en savoir plus sur la naissance et l'histoire de la ville. Suzanne RATTAIRE, édition Gérard LOUIS - 1986.
  • "Gérardmer, ses lacs : images d'un passé oublié", Club cartophile gérômois, édition SAEP, 1991.
  • "Gérardmer, histoire d'un lac", Club cartophile gérômois, édition SAEP, 1988.
  • "Gérardmer - Mémoire en images". Valérie LANOE-LEMOINE, éditions Sutton, 2004
  • "Vallée des Lacs des Vosges", Guy VOIRIN, Editions Créacolor, 2005
  • ...Et bien d'autres ouvrages anciens ou récents disponibles à la Médiathèque du Tilleul.